YESMINE BEN KHELIL Tout devient rose, là-bas, au crépuscule 06.11.2020 - 09.01.2021

[/vc_column][/vc_row]

YESMINE BEN KHELIL

« Tout devient rose, là-bas, au crépuscule » prend naissance dans certains passages du récit de voyage de Maupassant La vie errante et plus particulièrement dans ses toutes dernières lignes :
Sur cette terre amollissante et tiède, si captivante que la légende des Lotophages y est née sur l’ile de Djerba, l’air y est plus savoureux que partout,  le soleil plus chaud, le jour plus clair, mais le coeur ne sait pas aimer. Les  femmes belles et ardentes, sont ignorantes de nos tendresses. Leur âme simple  reste étrangère aux émotions sentimentales, et leurs baisers, dit-on, n’enfantent point le rêve.

L’auteur commence par exprimer sa lassitude de Paris, son dégoût pour la Tour  Eiffel, qui vient tout juste d’être installée. Il décide de voyager jusqu’à Kairouan  en passant par l’Italie, la Sicile, l’Algérie puis la Tunisie qu’il traverse du nord  jusqu’au sud.

La vie errante raconte ce voyage, comme le passage d’un monde à un autre, un  monde moderne et lugubre, antagoniste à un monde primitif et lumineux.  Maupassant y recherche l’exotisme et son récit en est teinté. S’il décèle quelque  chose de vrai, une émotion juste, lorsqu’il parle de la lumière du  crépuscule, de toutes les nuances de roses dans le ciel ou de la nature du  paysage, à l’opposé, ses observations sur les individus sont imprégnées des  préjugés racistes, typiques de son époque. Finalement, ces paysages si  merveilleusement décrits, laissent une impression de paradis vénéneux.

Un contraste se fait entre un paysage qui semble satisfaire ses attentes  d’exotisme, et des femmes qui se révèlent très éloignées de l’idée qu’il s’en faisait.  À partir de ce sentiment de déception, j’ai imaginé qu’un autre récit pouvait  naitre.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Si les baisers de ces femmes n’enfantaient pas le rêve, peut-être avaient ils enfanter autre chose ?
À travers les dessins, les morceaux d’images, les bribes d’objets et de phrases, une histoire prend forme. Celle de femmes liées au soleil, à la lumière, et au  ciel du crépuscule par un pouvoir surnaturel. Infusées par les rayons du soleil  couchant, elles voyagent dans le temps, traversent les époques et se  métamorphosent jusqu’à devenir des sortes de divinités, à la fois protectrices,  menaçantes et imprévisible. D’apparences inoffensives, elles agiraient ainsi,  secrètement sur le mouvement du monde.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Dans la continuité du projet New Flesh (Nouvelle Chair), j’ai abordé le récit de  Maupassant en sondant les images relatives à la culture dont je suis issue, de  mettre en évidence les transformations qui l’agitent, les fantômes qui hantent  ses représentations. J’ai voulu me concentrer plus encore que dans mes  précédents travaux sur les images liées au voyage. J’ai construit mon propre  récit à partir de ces quelques lignes, qui sont les toutes dernières phrases de La  vie errante.

Yesmine Ben Khelil

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Demande d’informations

    Titre de l'œuvre

    Votre nom

    Votre email

    Votre message

    [/vc_column_text][/vc_column]

    [/vc_row]